Entrevue - Le journalisme constructif, un nouvel objectif

Auteur: 
Frédérique Chiasson - Arts, lettres et communication

Julie St-Laurent, journaliste chez Radio-Canada Estrie

SHERBROOKE- « Il faut saisir les problématiques de la société pour pouvoir entrevoir les solutions dans lesquelles on peut contribuer », affirme Julie St-Laurent, journaliste de Sherbrooke travaillant chez Radio-Canada depuis dix ans. Pour celle-ci, le journalisme est plus que du sensationnalisme ou des faits divers. Elle cherche, depuis la naissance de sa première fille, à offrir un monde meilleur aux générations futures en utilisant le journalisme constructif.

Le journaliste constructif

Julie St-Laurent est certaine que le journalisme d’aujourd’hui devrait cesser d’être des nouvelles noires et démoralisantes : « On ouvre la télévision et on peut seulement voir une version horrible de la réalité, des nouvelles sur l’État islamique et les impacts du réchauffement climatique, par exemple. Pourtant, les médias n’apportent aucune solution à ces problèmes, aucune morale à retenir, rien qui puisse changer la population», renchérit-elle. C’est d’une voix remplie d’émotion que la journaliste explique sa théorie sur le journalisme constructif qui commence à voir le jour en Europe. Selon elle, les nouvelles ou les problèmes qui sont présentés par les médias devraient être abordés d’abord par les solutions. Toutefois, elle ne cherche pas à tomber dans le « jovialisme », en cachant tous les problèmes. Il s’agit plutôt de modifier la façon de présenter ces enjeux sociaux.

Des études inattendues

C’est d’ailleurs dans le but d’être plus apte à informer la population que celle-ci a fait des études universitaires n’ayant aucun lien avec le journalisme. « En sortant du Cégep de Jonquière, je savais que je voulais devenir journaliste, mais je voulais absolument faire des études universitaires. J’ai alors décidé de faire des études en histoire à l’université Bishops pour apprendre l’anglais», explique-t-elle. « Peu importe la formation, elle n’est jamais assez complète pour le monde du travail », ajoute avec passion madame St-Laurent. Par contre, de nombreuses occasions se sont présentées à elle et la journaliste en devenir n’a jamais terminé les deux baccalauréats qu’elle a commencés, soit histoire et enseignement secondaire.

L’amour de la radio

Après une carrière pleine de rebondissements, Julie St-Laurent a finalement commencé à travailler chez Radio-Canada en 2006 et est devenue amoureuse de la radio par le fait même. « Avec la radio, on a une plus grande liberté. Il n’y a pas d’images, tout doit se faire par les mots et c’est ce qui m’a vraiment fait tomber en amour avec ce moyen de communication », déclare-t-elle. Elle essaie d’ailleurs de pratiquer le journalisme constructif de toutes les façons possibles dans son métier en cherchant le meilleur médium, de l’écriture de chronique au téléjournal, pour transmettre ses messages : « Ce qui est génial maintenant, c’est que tous les moyens sont bons pour transmettre son message. Tout ce qu’il reste à faire est de choisir le meilleur médium pour toucher le plus les gens », explique la journaliste. De la presse écrite à la télévision, en passant par le web ou à la radio, Julie tente toujours de léguer un monde meilleur aux milléniaux et est enthousiaste en ce qui attrait aux futurs générations de journaliste qui suivront peut-être ses pas en direction d’un journalisme plus constructif.

Cet article a été rédigé dans le cadre du cours Information et médias, programme Arts, lettres et communication.

 

Nous ne possédons pas les droits de l'image. Pour retrouver cette photo : https://twitter.com/juliestlaurent6

No comments yet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Gmap

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
3 + 11 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.